Expérimentation du manuel scolaire numérique en France

Signe d’une adaptation aux habitudes de la nouvelle génération, une expérimentation est testée dans deux écoles des Alpes-Maritimes en France. Les élève pourront ainsi accéder à leurs manuels de français, mathématiques et histoire-géographie en classe, au centre de documentation ou de la maison pendant l’année scolaire et sans qu’il y ait de frais supplémentaires pour les parents.

Via Actualitté
Communiqué officiel
Interface utilisée : Laclasse.com

Pour en savoir plus:
« Dossiers de l’ingénierie éducative » sur le manuel numérique : politique ministérielle, perspective historique, point de vue des éditeurs et des enseignants…

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».

Colloque Génération C du Cefrio, dernier rappel pour le rabais (bibliothèques, membres CBPQ et ASTED)

Les jeunes de 12-24 ans constituent un groupe important que les bibliothèques veulent servir et le Colloque Génération C du Cefrio (les 20 et 21 octobre) pose la question « Êtes-vous prêts ? ».

L’intérêt de l’événement auprès des bibliothécaires permet de créer un groupe et de profiter du rabais accordé par le Cefrio, soit un tarif d’inscription de 486,50 $ par personne (à la place de 795 $). Vous pouvez encore vous joindre à ce groupe! Voici les modalités:

1- Vous devez indiquer votre intention de participer en envoyant un courriel à BiblioFusion@GMail.com en mentionnant nom, courriel et employeur. Date limite pour participer au groupe: le 18 septembre.

2- L’inscription formelle auprès du Cefrio doit être synchronisée le vendredi 25 septembre et que c’est à ce moment que vous devrez remplir le formulaire officiel en prenant soin de mentionner “Groupe bibliothèques” dans le champ commentaire.

En guise de rappel:

Les «C» ne sont pas des Québécois tout à fait comme les autres : ils ont grandi avec les technologies de l’information (TI) et ont souvent des attentes et des comportements différents de ceux auxquels les organisations ont été habituées.

• Quels sont les perceptions et les comportements des membres de cette nouvelle génération ?
• Comment les «C» utilisent-ils les technologies de l’information (TI) ?
• Quelles pratiques permettront aux écoles, aux entreprises et aux organismes québécois de s’adapter efficacement à la montée en force des «C» en tant qu’étudiants, consommateurs, travailleurs et citoyens ?

Au plaisir d’échanger avec vous les 20 et 21 octobre!

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».

Les enjeux du manuel scolaire à l’ère du numérique

Un excellent dossier aborde la question du manuel numérique. Celui-ci est examiné en profondeur sous l’angle des enjeux éditoriaux, technologiques et pédagogiques en donnant la parole à une panoplie d’acteurs de l’édition, du système scolaire et du Ministère de l’éducation nationale en France.manuel_electronique

On y constate qu’avec l’édition numérique des manuel, il faut redéfinir le manuel du futur, comprendre la nouvelle forme qu’il prendra sous l’influence des pratiques inventées par des auteurs en mode collaboratifs. Bref, on y interroge le concept même de manuel scolaire à l’heure du grand Collaboratif.

Et si le manuel se redéfinit, la pédagogie se repositionne: des expérimentations visent à stimuler les usages pédagogiques innovants qu’il ne manque pas d’introduire. C’est donc une nouvelle dynamique qui se crée au niveau des enseignants pour améliorer collaborativement la qualité de l’enseignement.

À lire sur le site du Centre national de documentation pédagogique.

D’autres billets:
Le futur se livre: Gutenberg à l’heure du Web
L’université du futur et le libre accès
L’université numérique et le nouvel univers de la documentation
Les universités face à la fracture numérique
Le Kindle sur le campus, un nouveau jouet ou de nouveaux enjeux ?
Déclinaison du futur (éducation)

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».

L’université numérique et le nouvel univers de la documentation

Un Guide méthodologique de l’université numérique a été développé en France par la Caisse des Dépôts et la Conférence des président d’université, celui-ci propose de mieux comprendre les enjeux du numérique et les conditions d’une stratégie adaptée aux universités françaises. Le cadre d’analyse me semble assez large pour fournir des éléments de réflexions et des pistes d’actions génériques.

guide_metho_U_numerique

Le document traite des enjeux du numérique pour les universités, mais aussi des stratégies à mettre en place. Le rôle des bibliothèques (Centre communs de documentation) y est largement mis en valeur, je vous cite certains des passages les plus intéressants.

N’hésitez pas à consulter le document intégralement!

Via Educnet


Enjeux du numérique pour l’université

Le numérique doit avant tout servir les deux objectifs traditionnels de l’université que sont la transmission du savoir et le développement de la recherche. Il constitue un levier à disposition des universités pour répondre à un certain nombre d’enjeux transversaux :

• Maîtriser la chaîne numérique du savoir, en favorisant la génération de contenus numériques, en organisant et industrialisant la gestion de la connaissance, en définissant la politique de diffusion et en valorisant le patrimoine intellectuel,

• Satisfaire ses usagers et ses acteurs, en s’attachant à répondre aux objectifs, missions et besoins des étudiants, des enseignants, enseignants-chercheurs et chercheurs, des personnels de Bibliothèques, Ingénieurs, Administratifs, Techniciens, Ouvriers, de Service et de Santé (BIATOSS) et de la direction de l’université,

• Construire une image de marque forte, en gagnant en visibilité internationale et en conservant son attractivité régionale,

• Rechercher l’excellence opérationnelle et l’équilibre financier, en se positionnant en termes d’indépendance, de collaboration, de subsidiarité ou d’externalisation de la gestion du numérique afin de maîtriser les coûts, d’optimiser la recherche de financements externes ou de développer les opportunités de génération de revenus.

• Remplir ses rôles social et sociétal, en réduisant la fracture numérique, en favorisant l’équité sociale, en contribuant et promouvant le développement durable.

Quels enjeux pour les personnels de documentation ?

Les enjeux vis-à-vis du numérique des personnels de bibliothèque portent à la fois sur l’optimisation de la gestion des ressources documentaires (par exemple des achats et des prêts de ressources documentaires), le passage en numérique des ressources (numérisation, indexation, archivage, stockage, publication…), et l’accès aux ressources.

Enfin, le plan numérique 2012, annoncé en octobre 2008, veut quant à lui répondre aux défis et aux opportunités du numérique pour la société française. Il symbolise la volonté politique de se doter d’une approche d’ensemble du numérique. Lorsqu’il aborde le numérique à l’université, il propose 6 actions pour « Bâtir l’université numérique » :

1. Développer les services numériques pour tous les étudiants, enseignants-chercheurs et personnels des universités (dont par exemple le vote électronique pour les élections étudiantes),

2. 100% des documents pédagogiques numérisés pour 100% des étudiants,

3. Accompagner les enseignants-chercheurs pour l’intégration des TICE dans leurs pratiques pédagogiques,

4. Construire une bibliothèque scientifique numérique accessible à tous les usagers de l’enseignement supérieur et de la recherche,

5. Inciter au développement des formations à distance qui seront, à l’horizon 2012, accessibles sur Internet,

6. Développer une offre universitaire pour l’enseignement à distance en ligne, notamment pour les salariés en activité.

Les Services Communs de Documentation doivent à la fois se repositionner sur le développement des services aux usagers, s’inscrire résolument dans le projet d’établissement dans ses différents volets, ainsi que participer au mouvement général de mutualisation.

Les SCD sont tout particulièrement au coeur des problématiques numériques, en étant à la fois :

• En charge du Système d’Information documentaire de l’établissement, destiné à s’intégrer au SI global, et s’adressant à tous les usagers de l’Université notamment à travers l’ENT.

• Impactés par la numérisation des documents, dont ils peuvent avoir la charge ou bien sur laquelle ils peuvent apporter leur expertise en termes de collecte, de numérisation, d’indexation et d’archivage.

• Au coeur de la métamorphose des systèmes de référencement et d’indexation, dont l’interopérabilité avec l’environnement local, national et international devient un impératif. En effet, le référencement en réseau (en France piloté par l’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur, ABES) permet à la fois une meilleure qualité de métadonnées et une visibilité accrue sur internet (par exemple via Google Scholar, Worldcat).

En outre, le développement des technologies numériques fait évoluer le travail des SCD dans cinq directions :

• Conception et mise en oeuvre de plans de numérisation de ressources non nativement numériques (archives, manuscrits, ouvrages imprimés, revues…), dans des cadres locaux ou nationaux.

• Indexation et diffusion, à des fins de valorisation, de documents nativement numériques comme, par exemple, les thèses déposées dans STAR, certaines ressources pédagogiques, les publications scientifiques… Cette activité requiert le plus souvent une remise à plat de la chaîne documentaire universitaire.

• Optimisation du circuit du document, avec recherche d’économies d’échelle. Par exemple, la centralisation de certaines activités (catalogage, traitement physique, indexation…) peut être envisagée au niveau des PRES.

• Inscription plus affirmée des SCD dans les politiques de recherche, de formation et d’insertion professionnelle des universités, au moyen de collaborations plus étroites avec les services compétents. 33

• Passage au support numérique d’un nombre grandissant de périodiques et bases de données essentiels pour la recherche, dans le cadre d’une concentration aux mains de quelques éditeurs (cf. sur ce point le rapport du comité IST8).

Le SCD est appelé, dans le cadre de l’autonomie, à renforcer son rôle « d’agence de services documentaires » au profit de la communauté universitaire dans son ensemble. D’autre part, la BU étant souvent le service bénéficiant des horaires d’ouverture les plus larges, cette caractéristique peut également déboucher sur des mutualisations. Enfin, le SCD peut de façon pertinente être associé à toute réflexion portant sur la mise en oeuvre d’un « guichet numérique unique », dont la complémentarité avec les services de référence en ligne est évidente. Au total, les services rendus par le SCD doivent s’inscrire dans la continuité de l’offre de services de l’université, sur place et en ligne.

Aussi, la prise en compte des contraintes et de la valeur ajoutée des bibliothèques dans la politique numérique de chaque établissement est essentielle. La révolution numérique conduit à une véritable mutation de leur métier, avec l’extension de leur périmètre d’intervention, l’apparition de rôles jusqu’ici inconnus, la nécessité d’acquérir des pans entiers de compétences nouvelles… L’Université doit accompagner les personnels des Services Communs de Documentation dans cette évolution, tout en expliquant aux usagers des bibliothèques les avantages d’une telle réorientation.

Repenser son organisation numérique ?

Services TICE, TIC et Bibliothèques

Parallèlement à la mise en oeuvre de projets numériques par des équipes mutualisées (cf. modèle ci-dessus) ou externes (par recours à des prestataires ou à des équipes de structures de mutualisation extérieures aux établissements, comme par exemple l’AMUE), le numérique fait généralement appel à différents types de services au sein de chaque établissement :

• Les services TIC, composés principalement de profils dits « techniques », généralement en charge des équipements et infrastructures (notamment réseaux et équipements, par exemple le parc informatique) et des systèmes d’information de gestion (SIG), historiquement mise en oeuvre au sein d’un service informatique, généralement intitulé CRI (Centre de Ressources Informatiques). Leur périmètre d’action s’est élargi au fil du temps avec notamment la gestion de l’informatique pédagogique ou le développement de réseaux sans fil.

• Les services TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’éducation), plus récemment constitués et composés de profils diversifiés : ingénieurs pédagogiques, techniciens multimédias, enseignants, etc. en appui de responsables des projets de services, des équipes pédagogiques et de contenus numériques pour l’enseignement et la pédagogie.

• Les services de documentation, en charge notamment de la politique de ressources documentaire et de sa mise en oeuvre auprès des acteurs de l’université, composé de profils fonctionnels et techniques.

Le découpage des compétences peut également se faire non sur une opposition applications socle & SI / services & contenus pour l’enseignement et la pédagogie / accès documentaire pour les bibliothèques, qui peut générer des conflits, mais sur une frontière administrateur / utilisateur. Les services TICE et les bibliothèques sont dans ce cas centrés sur la conduite du changement, l’accompagnement à l’utilisation des services numériques et sur la diffusion des usages (l’université de Strasbourg a d’ailleurs nommé cette entité Direction des Usages Numériques).

Dans tous les cas, ces trois services ont vocation à travailler ensemble, dans la mesure où il y existe souvent un besoin d’interactions et des possibilités de mutualisation entre les services d’un point de vue technique (infrastructures, équipements, outils, etc.) et fonctionnel (accompagnement des étudiants, partage d’informations, etc.).

Les objectifs et missions ainsi que le dimensionnement de chacun de ces services pourront être définis en fonction des objectifs spécifiques des universités. Afin de leur assurer un fonctionnement efficace, des processus de fonctionnement pourront être construits et déployés et des outils de pilotage et de suivi pourront être mis en oeuvre.


Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».

Publié dans édition électronique, éducation2.0, bibliothèque2.0. Commentaires fermés sur L’université numérique et le nouvel univers de la documentation

Les universités québécoises sur Twitter

Suite à mon billet « Twitter s’impose« , je me suis demandé si l’outil était utilisé formellement par nos établissement universitaires. Et j’ai pu constater qu’une majorité d’universités québécoises utilisent Twitter de manière officielle depuis quelques mois.

On peut mieux voir un engouement plus marqué pour Twitter dans le milieu anglophone, avec 1,554 Followers pour McGill et 625 pour Concordia. McGill se distingue en suivant aussi les messages de 676 Twitters alors que la majorité des universités suivent un réseau restreint lié aux institution d’enseignement. En visitant les comptes d’une vingtaine d’universités anglophones, ça ne semble pas encore la norme car la seule autre université ayant la même approche est l’université Cornell en Ontario.

Sans avoir fait une recherche exhaustive, j’ai tout de même identifié la présence d’une faculté, celle d’éducation de l’université de Victoria. Et ça me semble la clef pour engager un dialogue plus en profondeur, en visant un échange plus spécifique sur la discipline d’étude il me semble effectivement que l’on interpelle mieux les étudiants.

Voici donc un bref portrait de la situation pour les universités québécoise utilisant Twitter en date du 1er juillet.

Concordia University
46 Following_profile 625 Followers_profile 171 Updates

École des Hauts études commerciales
0 Following 160 Followers 1 Updates

École polytechnique
20 Following 39 Followers 17 Updates

Université du Québec à Chicoutimi
24 Following 24 Followers 4 Updates

Université du Québec à Montréal
2 Following 167 Followers 90 Updates

Université du Québec à Rimouski
105 Following 123 Followers 290 Updates

Université Laval
23 Following 130 Followers 11 Updates

Université Sherbrooke
15 Following 53 Followers 8 Updates

McGill University
676 Following 1,554 Followers 280 Updates

Universités canadiennes mentionnées

Cornell University
2,035 Following 2,205 Followers 230 Updates

University of Victoria – Faculty of Education
195 Following 218 Followers 17 Updates

Et BiblioFusion

BiblioFusion a déjà plus de 500 « Followers », vous pouvez joindre mon réseau facilement!

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».

Succès de la Bibliothèque numérique en Haïti

Il s’agit d’une confirmation pour la Bibliothèque numérique pour la jeunesse francophone du sud (BNJFS) qui a validé son approche grâce à une mission en Haïti. La Bibliothèque numérique facilite le libre accès au contenu éducatif et culturel de qualité tout en favorisant la création et le partage de contenus. Le projet, porté la Fondation pour une bibliothèque globale, veut mettre une bibliothèque scolaire numérique à la disposition de tous les élèves des pays francophones en voie de développement. Il est ainsi possible de rejoindre les villages dépourvus d’électricité et d’accès Internet grâce à l’utilisation d’un ordinateur à prix modique conçu spécialement pour les enfants tel que l’ordinateur XO (One Laptop Per Child).

L’initiative s’avère adaptée à la réalité des enfants en sol haïtien, ainsi le volet bibliothéconomique a permis d’obtenir les résultats suivants :

96% des élèves ont aimé utiliser la bibliothèque scolaire numérique, particulièrement parce qu’ils ont appris de nouvelles choses.
93% des élèves considèrent qu’il est facile d’utiliser la bibliothèque numérique.
100% des enseignants évaluent que la bibliothèque numérique apporte une valeur ajoutée à leur enseignement

Source:
Expérience fructueuse en Haïti d’un premier prototype de la Bibliothèque numérique pour la jeunesse francophone du sud (BNJFS)

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».

Publié dans éducation2.0, bibliothèque2.0. Commentaires fermés sur Succès de la Bibliothèque numérique en Haïti

Twitter s’impose!

Twitter était « à la une » du Time Magazine dans le numéro de juin dernier, leur dossier y expliquait comment Twitter allait changer notre façon de vivre (How Twitter Will Change the Way We Live) en démontrant que l’outil recèle une profondeur insoupçonnée et a profité d’une croissance remarquable entre 2008 et 2009.

twitter_timemagazine

C’est donc le signe d’une nouvelle vague et même si seulement 7% des Québécois en soupçonnent l’existence, on peut constater qu’elle se rapproche de nous lorsque Radio-Canada y consacre un dossier! Twitter se rapproche aussi du programme à l’école primaire (en Angleterre) et les bibliothèques en font un plus grand usage!

S’initier à Twitter

Désirez-vous 10 bonnes raisons d’utiliser Twitter ou créer un compte Twitter professionnel en 10 étapes pour atteindre vos objectifs ? Vous pouvez aussi consulter les les didacticiels proposés par TUTMarks.

Twitter pratique, en éducation

Voici quelques liens plus pratiques, centrés sur l’utilisation de Twitter en éducation:

50 idées pour utiliser Twitter dans le domaine de l’éducation via le carnet de Mario Asselin.

Twitter Handbook for Teachers de Tomaz Lasic via Scribd.

Professors experiment with Twitter as teaching tool via JSOnline.

Twitter pratique, en bibliothèque

Et maintenant, des liens pour les bibliothèques:

Pourquoi utiliser twitter dans les bibliothèques ? via Bibliobsession

Twitter for Librarians: The Ultimate Guide via College@Home.

Lorsqu’il faudra des solutions pratiques pour communiquer avec les téléphones cellulaires, il faudra considérer Twitter en tant qu’outil de marketing mobile via DCE Solutions de Benoit Descary.

Lorsque vous aurez un compte, vous pourrez recevoir les messages et puiser dansmon réseau Twitter.

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».