Colloque Génération C du Cefrio, dernier rappel pour le rabais (bibliothèques, membres CBPQ et ASTED)

Les jeunes de 12-24 ans constituent un groupe important que les bibliothèques veulent servir et le Colloque Génération C du Cefrio (les 20 et 21 octobre) pose la question « Êtes-vous prêts ? ».

L’intérêt de l’événement auprès des bibliothécaires permet de créer un groupe et de profiter du rabais accordé par le Cefrio, soit un tarif d’inscription de 486,50 $ par personne (à la place de 795 $). Vous pouvez encore vous joindre à ce groupe! Voici les modalités:

1- Vous devez indiquer votre intention de participer en envoyant un courriel à BiblioFusion@GMail.com en mentionnant nom, courriel et employeur. Date limite pour participer au groupe: le 18 septembre.

2- L’inscription formelle auprès du Cefrio doit être synchronisée le vendredi 25 septembre et que c’est à ce moment que vous devrez remplir le formulaire officiel en prenant soin de mentionner “Groupe bibliothèques” dans le champ commentaire.

En guise de rappel:

Les «C» ne sont pas des Québécois tout à fait comme les autres : ils ont grandi avec les technologies de l’information (TI) et ont souvent des attentes et des comportements différents de ceux auxquels les organisations ont été habituées.

• Quels sont les perceptions et les comportements des membres de cette nouvelle génération ?
• Comment les «C» utilisent-ils les technologies de l’information (TI) ?
• Quelles pratiques permettront aux écoles, aux entreprises et aux organismes québécois de s’adapter efficacement à la montée en force des «C» en tant qu’étudiants, consommateurs, travailleurs et citoyens ?

Au plaisir d’échanger avec vous les 20 et 21 octobre!

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».

Publicités

Les enjeux du manuel scolaire à l’ère du numérique

Un excellent dossier aborde la question du manuel numérique. Celui-ci est examiné en profondeur sous l’angle des enjeux éditoriaux, technologiques et pédagogiques en donnant la parole à une panoplie d’acteurs de l’édition, du système scolaire et du Ministère de l’éducation nationale en France.manuel_electronique

On y constate qu’avec l’édition numérique des manuel, il faut redéfinir le manuel du futur, comprendre la nouvelle forme qu’il prendra sous l’influence des pratiques inventées par des auteurs en mode collaboratifs. Bref, on y interroge le concept même de manuel scolaire à l’heure du grand Collaboratif.

Et si le manuel se redéfinit, la pédagogie se repositionne: des expérimentations visent à stimuler les usages pédagogiques innovants qu’il ne manque pas d’introduire. C’est donc une nouvelle dynamique qui se crée au niveau des enseignants pour améliorer collaborativement la qualité de l’enseignement.

À lire sur le site du Centre national de documentation pédagogique.

D’autres billets:
Le futur se livre: Gutenberg à l’heure du Web
L’université du futur et le libre accès
L’université numérique et le nouvel univers de la documentation
Les universités face à la fracture numérique
Le Kindle sur le campus, un nouveau jouet ou de nouveaux enjeux ?
Déclinaison du futur (éducation)

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».

Les universités québécoises sur Twitter

Suite à mon billet « Twitter s’impose« , je me suis demandé si l’outil était utilisé formellement par nos établissement universitaires. Et j’ai pu constater qu’une majorité d’universités québécoises utilisent Twitter de manière officielle depuis quelques mois.

On peut mieux voir un engouement plus marqué pour Twitter dans le milieu anglophone, avec 1,554 Followers pour McGill et 625 pour Concordia. McGill se distingue en suivant aussi les messages de 676 Twitters alors que la majorité des universités suivent un réseau restreint lié aux institution d’enseignement. En visitant les comptes d’une vingtaine d’universités anglophones, ça ne semble pas encore la norme car la seule autre université ayant la même approche est l’université Cornell en Ontario.

Sans avoir fait une recherche exhaustive, j’ai tout de même identifié la présence d’une faculté, celle d’éducation de l’université de Victoria. Et ça me semble la clef pour engager un dialogue plus en profondeur, en visant un échange plus spécifique sur la discipline d’étude il me semble effectivement que l’on interpelle mieux les étudiants.

Voici donc un bref portrait de la situation pour les universités québécoise utilisant Twitter en date du 1er juillet.

Concordia University
46 Following_profile 625 Followers_profile 171 Updates

École des Hauts études commerciales
0 Following 160 Followers 1 Updates

École polytechnique
20 Following 39 Followers 17 Updates

Université du Québec à Chicoutimi
24 Following 24 Followers 4 Updates

Université du Québec à Montréal
2 Following 167 Followers 90 Updates

Université du Québec à Rimouski
105 Following 123 Followers 290 Updates

Université Laval
23 Following 130 Followers 11 Updates

Université Sherbrooke
15 Following 53 Followers 8 Updates

McGill University
676 Following 1,554 Followers 280 Updates

Universités canadiennes mentionnées

Cornell University
2,035 Following 2,205 Followers 230 Updates

University of Victoria – Faculty of Education
195 Following 218 Followers 17 Updates

Et BiblioFusion

BiblioFusion a déjà plus de 500 « Followers », vous pouvez joindre mon réseau facilement!

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».

Twitter s’impose!

Twitter était « à la une » du Time Magazine dans le numéro de juin dernier, leur dossier y expliquait comment Twitter allait changer notre façon de vivre (How Twitter Will Change the Way We Live) en démontrant que l’outil recèle une profondeur insoupçonnée et a profité d’une croissance remarquable entre 2008 et 2009.

twitter_timemagazine

C’est donc le signe d’une nouvelle vague et même si seulement 7% des Québécois en soupçonnent l’existence, on peut constater qu’elle se rapproche de nous lorsque Radio-Canada y consacre un dossier! Twitter se rapproche aussi du programme à l’école primaire (en Angleterre) et les bibliothèques en font un plus grand usage!

S’initier à Twitter

Désirez-vous 10 bonnes raisons d’utiliser Twitter ou créer un compte Twitter professionnel en 10 étapes pour atteindre vos objectifs ? Vous pouvez aussi consulter les les didacticiels proposés par TUTMarks.

Twitter pratique, en éducation

Voici quelques liens plus pratiques, centrés sur l’utilisation de Twitter en éducation:

50 idées pour utiliser Twitter dans le domaine de l’éducation via le carnet de Mario Asselin.

Twitter Handbook for Teachers de Tomaz Lasic via Scribd.

Professors experiment with Twitter as teaching tool via JSOnline.

Twitter pratique, en bibliothèque

Et maintenant, des liens pour les bibliothèques:

Pourquoi utiliser twitter dans les bibliothèques ? via Bibliobsession

Twitter for Librarians: The Ultimate Guide via College@Home.

Lorsqu’il faudra des solutions pratiques pour communiquer avec les téléphones cellulaires, il faudra considérer Twitter en tant qu’outil de marketing mobile via DCE Solutions de Benoit Descary.

Lorsque vous aurez un compte, vous pourrez recevoir les messages et puiser dansmon réseau Twitter.

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».

Un rabais pour le Colloque Génération C : Se préparer pour servir les 12-24 ans

Modalités pour s’inscrire et profiter du rabais.

L’intérêt de l’événement permet de créer un groupe et de profiter du rabais accordé par le Cefrio, soit un tarif d’inscription de 486,50 $ par personne. Voici les modalités:

1- Vous devez indiquer votre intention de participer en envoyant un courriel à BiblioFusion@GMail.com en mentionnant nom, courriel et employeur. Date limite pour participer au groupe: le 18 septembre.

2- L’inscription formelle auprès du Cefrio doit être synchronisée le vendredi 25 septembre et que c’est à ce moment que vous devrez remplir le formulaire officiel en prenant soin de mentionner « Groupe bibliothèques » dans le champ commentaire.


Les jeunes de 12-24 ans constituent un groupe important que les bibliothèques veulent servir et le Colloque Génération C du Cefrio (les 20 et 21 octobre) pose la question « Êtes-vous prêts ? ».

Le personnel des bibliothèques, les membres de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec et de l’Asted peuvent maintenant participer au Colloque Génération C du Cefrio en profitant d’un tarif privilégié.

Concrètement, le Cefrio nous fait bénéficier du tarif réservé à ses membres, mais surtout de former des groupes (neuf personnes et plus) permettant de bénéficier d’un rabais de 30 % pour réduire les frais à 486,50 $ par personne (à la place de 795 $). Il est même possible de composer un groupe de personnes provenant de différentes institutions, à condition que les inscriptions soient transmises la même journée.

Pour faciliter la formation de groupes et la logistique d’inscription, je vous propose de m’indiquer dès maintenant si vous avez un intérêt pour l’événement ou le sujet, il ne s’agit donc pas d’une inscription formelle. Pour ce faire, envoyez un courriel à:
BiblioFusion@GMail.com
.

En guise de rappel:

Les «C» ne sont pas des Québécois tout à fait comme les autres : ils ont grandi avec les technologies de l’information (TI) et ont souvent des attentes et des comportements différents de ceux auxquels les organisations ont été habituées.

•Quels sont les perceptions et les comportements des membres de cette nouvelle génération ?
•Comment les «C» utilisent-ils les technologies de l’information (TI) ?
•Quelles pratiques permettront aux écoles, aux entreprises et aux organismes québécois de s’adapter efficacement à la montée en force des «C» en tant qu’étudiants, consommateurs, travailleurs et citoyens ?

Une participation significative est importante selon moi car le colloque proposera un moment privilégié pour que le milieu documentaire Québécois échange largement autant avec des jeunes qu’avec la diversité d’intervenants provenant de tous milieux. En effet, l’événement interpelle les entreprises, le milieu éducatif et la communauté.

Nous pourrons ainsi contribuer au débat de l’heure au Québec et enrichir nos échanges lors du Premier Congrès des milieux documentaires du Québec qui suivra en novembre!

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».

Publié dans éducation2.0, bibliothèque2.0, formation, marketing, tendances, usagers, veille, web2.0. Commentaires fermés sur Un rabais pour le Colloque Génération C : Se préparer pour servir les 12-24 ans

4 000 visites pour la prospective, c’est de l’action!

Les billets de mon blogue ont été colorés par la prospective en mai, je ne vais pas faire un bilan formel, mais simplement souligner les « votes » que les lecteurs ont fait en partageant le classement des dix billets les plus lus selon les statistiques de WordPress:

Je vous laisse faire votre propre lecture des résultats et j’aimerais connaitre le bilan que vous en faites! Mais chose certaine avec plus de 4000 visiteurs sur les billets de BiblioFusion en mai, le sujet ne laisse pas indifférent! C’est pas énorme, mais ça me semble tout de même intéressant pour un blogue spécialisé dans une biblioblogosphère en émergence au Québec.

Juin arrive, après une prospection prospectiviste, je vais plutôt mettre l’emphase sur l’action et le côté pratique.

À suivre et merci de votre présence!

(Et un merci particulier aux relayeurs, surtout Silvère Mercier avec le Bouillon du Bibliobsédé – pour rejoindre la communauté bibliobranchée de la francophonie, Michel Monette de La Capitale Blogue pour rejoindre un large public « branché » à Québec, Yves Duchesne de Planète éducation et des dizaines de Twitters à l’écoute.)

Suivez l’actualité de l’édition électronique, des NTIC et de la « communauté des bibliothèques » sur le Web, abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

Publié dans tendances. Commentaires fermés sur 4 000 visites pour la prospective, c’est de l’action!

Quels éditeurs ont un futur à (au) Québec ?

Un billet essentiel à lire pour tous les éditeurs a été publié par Fabrice Epelboin de ReadWriteWeb France… Si vous avez des amis dans le monde de l’édition, faites leur lire attentivement dès maintenant, l’arrivée du Kindle aux États-Unis est un voyant rouge qu’ils ne peuvent ignorer!

J’ai sélectionné quelques passages pour donner une première idée du futur qui se dessine.

Le mouvement d’Amazon avec le Kindle est aussi important que celui d’Apple avec l’iPod, il doit être pris comme une menace mortelle et devrait faire passer le piratage pour une vaste blague destinée, au mieux, à endormir les enfants, au pire, les adultes du monde de l’édition.

Amazon communique plutôt bien autour du Kindle.

Le SNE (Syndicat National de l’Edition) communique lui aussi clairement en refusant toute remise en question de la façon dont le secteur de l’édition fonctionne, le condamnant, si ses membres suivent ses recommandations, à une catastrophe dans les années à venir (3 à 10 ans).

Il est indispensable de comprendre que la technologie n’est pas un outil aux service de ceux qui s’en emparent ou quelque chose contre lequel on peut se défendre, c’est un écosystème dans lequel il faut s’insérer. Pour reprendre une métaphore que j’ai utilisé dans un précédent billet tous ceux qui ont tenté de détourner le cours d’une rivière ont subit des réactions violentes en retour de l’écosystème. Mettre en place des DRM (Digital Rights Management), c’est du même ordre. On ne contraint pas la technologie, on en tire parti ou on la subit.

Pour faire la promotion d’un livre demain, il faudra communiquer de façon radicalement différente, que ce soit pour un livre électronique ou un livre papier. Toute initiative qui ne prendrait pas cette donnée comme un élément central est vouée à l’échec.

Les clubs du livre en ligne sont à inventer, il y a beaucoup à faire, et c’est au sein de tels groupes sociaux sur le net que pourra avoir lieu une communication efficace. Les libraires pourraient avoir leur rôle à jouer, mais ils sont pour l’instant totalement absents, les seuls acteurs du monde du livre a avoir pleinement mis les deux pieds dans l’univers des média sociaux sont à ma connaissance les bibliothécaires. Des initiatives comme Chermedia.com sont à l’avant garde, et le monde de l’édition devrait regarder cela de près et essayer de comprendre ce qu’il s’y passe.

Je suis heureux de voir les initiatives de bibliothécaires données en exemple, le travail de médiation numérique est entrepris dans les bibliothèques mais nous ne pouvons pas nous assoir sur nos lauriers, il s’agit des premiers pas de notre voyage dans le territoire du numérique!

Je suis aussi heureux de voir BiblioFusion donné en référence pour approfondir le sujet de l’édition électronique et figurer à côté de La Feuille, Revues.org, Lavachequilit et Epublishersweekly notamment!

Quelques conseils aux éditeurs du Québec qui veulent participer au futur de l’édition, participez à E-PaperWorld 2009 en septembre prochain, à Génération C du Cefrio en octobre, au Premier congrès des milieux documentaires du Québec en novembre, abonnez-vous à BiblioFusion et engagez un jeune diplômé de l’EBSI pour structurer votre veille informationnelle si ça n’est pas déjà fait!

Et mille excuses si tout ça est d’une évidence criante pour tous les éditeurs du Québec!

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la « communauté des bibliothèques ».