Une Bibliothèque engagée

Après le Jour de la terre et la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur, stimulé par le billet de Marie D Martel (Bibliomancienne) sur le Smart Growth je me questionne sur la neutralité apparente ou perçue de la majorité des bibliothèques.

engagement

J’adhère totalement à l’engagement fondamental et central des bibliothèques pour l’accès à l’information et c’est un très bon créneau, d’ailleurs fédérateur au moment ou les causes se multiplient. Mon passé de « militant » ressurgit et il me semble que l’effervescence est encore plus intense que dans les années ’80 alors que je participais à de nombreux groupes jeunesse (Environnement Jeunesse, Mouvement Québécois des Chantier, Groupe de Ressources en Tourisme Social du Québec, Tourisme Jeunesse, etc). J’ai d’ailleurs commencé à être info et « Network » boulimique à cette période… La différence c’est que mon « Networking » était avant tout articulé autour d’événements (je sais maintenant on doit écrire évènement), de tables de concertation et j’en passe; sans être répercuté par le « Net ».

Je me souviens que j’avais essayé de faire des liens avec la bibliothèque de mon Cégep afin de collaborer pour la diffusion d’information… Mais l’accueil avait été une fin de non recevoir! N’est-il pas temps que les bibliothèques dépassent le rôle utilitaire pour établir de véritables ponts avec les associations engagées dans la société ? Les ponts sont faits de très belle façon avec le milieu culturel, les cercles littéraires, mais ne faudrait-il pas s’ouvrir plus aux autres réalités?

Je sais que cette question, si elle est examinée plus en profondeur, soulèvera une panoplie de questions. Quelles causes ? Quel engagement ? Il sera difficile d’établir des critères de sélection, et la subjectivité encore plus importante que pour la sélection des livres. Après la « politique de développement des collections », faudra-t-il la « politique de développement des causes ». L’exemple du Smart Growth est déjà très pertinent et à continuer, le développement durable est un enjeux de société qui fait l’unanimité. Tiens, c’est peut-être une piste!

Et pour s’avancer dans un tel engagement, peut-on penser, en milieu publique, à un arrimage avec le service de développement communautaire ? Et en milieu scolaire un arrimage avec le service d’animation socio-culturel ? Mais aussi de travailler en priorité à la gratuité des manuels scolaires et de s’allier fermement au mouvement de l’Open Source/Open Access ? Je sais que des avancées se font dans ce sens, mais les bibliothèques sont généralement peut-être un peu trop timides… Tant mieux si je me trompe!

Finalement, le questionnement autour de la médiation numérique n’est-elle pas l’occasion de repenser les approches en bibliothèques?

Publicités

Journée mondiale du livre et du droit d’auteur

… et l’effervescence du Web2.0 dans les bibliothèques au Québec!

Le 23 avril, célébrez la journée mondiale du livre et du droit d'auteur

Le 23 avril, célébrez la journée mondiale du livre et du droit d'auteur

On peut célébrer la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur ainsi que l’effervescence du Web 2.0 dans les bibliothèques au Québec! Il faut lire la revue de presse Web du Forum Bibliothèques de Montréal 2.0 pour constater comment la virtualité s’incarne maintenant dans le numérique et suivre la mobilisation de la « communauté Web-bibliothèques » via le groupe N Biblio Québec sur Facebook: 108 membres après quelques jours!

Plus proche de tous et chacun, cette journée est notamment soulignée par le Réseau des Bibliothèques de la Ville de Québec avec une collecte de livres québécois et par la Bibliothèque de Lévis avec une invitation à découvrir le monde du livre dans Internet, démontrant comment les activités d’animation peuvent allier numérique et physique.

Ma prédiction: Génération C (20 et 21 octobre), organisé par le Cefrio pour mieux comprendre les « nouveaux jeunes », favorisera un réseautage tout azimut grâce à une participation massive et le Premier congrès des milieux documentaires du Québec (11 au 14 novembre) nous permettra de passer à la vitesse grand W en unissant les forces du milieu des bibliothèques et de la documentation au Québec.

Un souhait: que la journée mondiale du livre et du droit d’auteur de 2010 soit joyeusement célébrée en alliant l’animation en mode numérique et présentiel pour prendre forme tant dans les bibliothèques que les écoles du Québec!

Une proposition: soulignez cette journée dès maintenant en envoyant une carte postale virtuelle!

C’est à suivre, au sens le plus littéral de l’expression..

Une nouvelle génération… d’usagers pour les bibliothèques

Le CEFRIO lance une invitation à participer à ce qui devrait être le plus grand évènement jamais organisé au Québec sur la «génération C». C’est à Québec le 20 et 21 octobre prochain.

La «génération C», c’est celle du million et demi de Québécois nés entre 1982 et 1996, ces jeunes qui ont grandi avec les micro-ordinateurs et Internet et qui s’en servent pour communiquer, collaborer et créer comme jamais auparavant dans l’histoire.

Les «C» ne sont pas des Québécois tout à fait comme les autres : ils ont grandi avec les technologies de l’information (TI) et ont souvent des attentes et des comportements différents de ceux auxquels les organisations ont été habituées.

Quatre volets permettront des échanges en atelier:

  • Volet éducation
  • Volet travail
  • Volet consommation
  • Volet citoyen

Avec, entre autres, Mario Asselin, co-fondateur et directeur général d’Opossum; Carl-Frédéric De Celles, président et conseiller stratégique chez iXmédia, Michael Power, professeur adjoint à la Faculté des sciences de l’éducation de Université Laval et Stéphane Gauvin, professeur titulaire au Département de marketing à Faculté des sciences de l’administration de Université Laval nous allons assurément être guidés dans le territoire du numérique d’une façon admirable!

C’est une chance unique de mieux comprendre nos usagers (et non-usagers!) et donc un événement à ne pas manquer !

Combien de bibliothécaires y participeront ?

Je veux parier sur 30, si c’est moins je paye une bière a chaque participant le mercredi 21 octobre!

Et j’offre de trouver l’hébergement (chez l’habitant: moi ou des amis) aux personnes de l’extérieur de Québec qui font un commentaire sur mon blogue en indiquant leurs intérêts (je veux aussi démontrer que Québec est une ville accueillante). On pourra y faire un mini colloque «génération C et bibliothèques» comme le sujet n’y est pas abordé directement et (je veux être ambitieux) s’il y a plus de 50 personnes provenant des bibliothèques je m’engage à organiser une demi-journée de rencontre-bilan-suites après l’événement, le jeudi 22 octobre.

Allez, inscrivez-vous! Et en groupe peut-être!

MAJ 3 avril Mario Asselin fait un billet avec une meilleure connaissance de l’événement: ça confirme le très grand intérêt du colloque! Danah Boyd sera une des conférencière vedette (en plus de Mario que j’ai déjà entendu dans le contexte des rencontres de WebÉducation)

La Bibliothèque de l’Université Laval, une référence pour le développement de la bibliothèque 2.0

Ce n’est pas moi qui le dis, mais Marie D. Martel, alias Bibliomancienne, de la Division de la planification et du développement du réseau des bibliothèques de la Ville de Montréal.

Je peux aussi réaffirmer l’idée de la collaboration entre les bibliothèques universitaires et publiques pour deux raisons. Primo, si les usagers de la bibliothèque universitaire arrivent avec un bagage d’expériences positives développées auprès des bibliothèques municipales ils seront plus enclins à participer, questionner et explorer les ressources de la bibliothèque. Secundo nous développerons une belle synergie et pourrons nous inspirer les uns et les autres! À ce sujet j’ai hâte de voir les services 2.0 émerger de la Bibliothèque de Montréal, je prédis que ce sera très fort et inspirant!

Je veux finalement souligner qu’il s’agit d’un travail d’équipe: un grand Bravo à tous mes collègues!

Publié dans partenariat. Étiquettes : . Commentaires fermés sur La Bibliothèque de l’Université Laval, une référence pour le développement de la bibliothèque 2.0

Éducation et bibliothèques: Un maillage 2.0 à faire

En même temps que le très stimulant Forum Bibliothèques de Montréal 2.0, se déroulait le «Le Web 2,0, les réseaux sociaux et l’éducation». Et il y a de nombreux liens à faire (au propre et figuré)!

Les objectifs se rejoignent par l’engagement envers la «société du savoir» et le phénomène est le même: transformation des usages et des usagers par les réseaux sociaux et les pratiques participatives.

Pour les bibliothèques tant universitaires que publiques les arrimages sont nombreux: éducation à distance, lutte au décrochage scolaire, production de contenu… Et surtout le positionnement d’une nouvelle approche qui peut paraitre parfois ésoterrible!

À noter, ils ont leur réseau sur Ning en plus d’une présence forte sur Twitter.

Je vous laisse explorer quelques billets:
Mon bilan du colloque Philippe Bonneau
Les réseaux sociaux en éducation Francois Guité
Universitaires, Web collaboratif, réseaux sociaux et éducation Mario Asselin

J’ai accumulé toute une série de signets delicious sur la thématique éducation2.0, mais il me reste une synthèse à faire!

Et on en discute un peu plus?

Publié dans éducation2.0, partenariat. Étiquettes : , . Commentaires fermés sur Éducation et bibliothèques: Un maillage 2.0 à faire