Néobiblio, le blogue de la bibliothèque de F.-X.-Garneau

Les blogues de bibliothèques au Québec sont encore denrée rare et je me posais différentes questions vis-à-vis de Néobiblio, le très intéressant blogue de la Bibliothèque du Cegep F.-X.-Garneau…. J’ai donc proposé un billet de style entrevue à Claire Giroux qui est à l’origine de celui-ci. C’est un exemple à suivre de par les liens qu’il permet avec la clientèle et son arrimage avec l’enseignement des techniques de la documentation qui en fait une plateforme pédagogique. Voici donc ses réponses.

[PLC]- Quelle est l’origine du blogue Néobiblio?

[CG]- Lorsque je suis arrivée au Collège, en sept 2005, il existait depuis peu un bulletin électronique mensuel dont le nom était « Néobiblio ». Après un an, je me suis demandée, si ce ne serait pas plus intéressant de le faire en blogue. Après réflexion, la formule du bulletin ne pouvait pas se transposer dans le blogue, car ce dernier demande des mises à jour régulières et un contenu plus soutenu. Alors que le bulletin couvrait des thématiques qui ne se prêtaient pas ou peu à des mises à jour régulières. De plus, j’étais seule dans l’aventure, n’ayant pas trouvé des partenaires blogueurs. Ainsi, l’idée de faire un blogue de référence m’est venue.

J’ai alors débuté en août 2006 Néobiblio le blogue. À cette époque, l’utilisation des technologies du web 2.o n’était pas courante. Peu de personne connaissait cela. De plus, très vite je me suis essoufflée à tenir seule le blogue. Je me suis tournée vers le département des techniques de la documentation, où un cours de veille se donne en 5e session, des étudiants de 3e année.

Dans un premier temps, le travail de base était de faire un dossier documentaire imprimé, mais je leur ai proposé, pour ceux que cela intéressaient, de faire un dossier virtuel. Les meilleurs seraient publiés dans Néobiblio. Cela a très bien fonctionné, les étudiants et les deux professeurs, Amélie Frenette et Cybèle Laforge ont reconduit le projet. Ainsi, depuis 3 ans, une quinzaine d’articles sont entièrement produits par des étudiants en techniques de la documentation. Néobiblio devient en plus une plateforme pédagogique.

[PLC]- Quelle est sa politique éditoriale ?

[CG]- La politique éditoriale est d’être un blogue de référence, un peu à la manière des dossiers thématiques que l’on faisait autrefois. L’idée est de trouver des thèmes, d’actualités le plus souvent mais ce n’est pas une obligation, et de faire le tour de la question en quelques paragraphes. Ça ne se veut pas exhaustif, mais au moins d’amasser des documents, des sites ayant une valeur informationnelle élevée. Pour les étudiants de techniques, je demandais qu’aucun référencement ne mène vers Wikipédia. C’est déjà un réflexe d’aller sur Wikipédia, il faut aller un peu plus loin. Pour eux, cela demande une certaine curiosité intellectuelle et un bon esprit de synthèse.

L’idée générale de départ, c’est de vendre la bibliothèque comme source d’information. De rendre la bibliothèque vivante dans mon milieu. C’est pour cela que le nom de NÉOBIBLIO est utilisé à toutes les sauces. Car en plus du blogue et du bulletin, hebdomadairement il y aussi une chronique dans le journal du Collège, Hebdo-Garneau et le nom est : « Néobiblio, hebdo ».

Plusieurs professeurs me disent qu’ils sentent la bibliothèque plus présente. Pour ma clientèle proche, le bulletin et l’hebdomadaire jouent un rôle plus fort que le blogue. Je ne considère pas pour autant le blogue comme un échec. Il y a un rayonnement du blogue, qui est somme tout modeste (1000 visites/mois), mais qui répond à des demandes externes. La bibliothèque est identifiée, le nom du Collège aussi. C’est un outil de promotion ! Je le vois ainsi. Je reçois, à l’occasion, d’excellents commentaires et cela m’encouragent à poursuivre, car on ne se le cachera pas, c’est très très prenant.

[PLC]- Quel impact a été observé sur votre clientèle ?

[CG]- Le marketing des produits et services de la bibliothèque n’est pas une force des bibliothécaires. Hors, j’utilise le site web de la bibliothèque pour « mousser » Néobiblio, le blogue. À chaque parution du bulletin homonyme, j’en fais tout le temps allusion. Lorsque je donne des formations aux enseignants, j’en parle. De plus, plusieurs collègues des autres collèges suivent Néobiblio.

[PLC]- Peut-on dire qu’il y a une communauté d’usagers ?

[CG]- Je n’en sais rien. Il n’y a pas un réel échange. Je vois les blogues de bibliothèques américaines et il y des commentaires et des échanges. Je le vois moins, pour ne pas dire pas du tout dans le milieu francophone. Les gens cherchent, trouvent, consomment et s’en vont. C’est correct comme ça.

[PLC]- Quel défi cela représente d’établir un tel blogue ?

[CG]- Immense! Le temps, le temps, le temps. Les débuts de semaine reviennent vite. Les idées d’articles ne sont pas toujours brillantes. Je m’oblige à un horaire, car sinon il n’y aurait pas d’articles.

[PLC]- Question ouverte: des choses supplémentaires à dire ou partager ?

[CG]- Actuellement, Néobiblio le blogue est un projet professionnel-personnel. Il devra devenir plus partie prenante du travail de la bibliothèque, où plus d’une personne pourrait participer. Les outils du web 2.0 ne sont pas évidents pour une grande partie des gens. Il faut vendre l’idée de la plus value informationnelle, de l’importance de la présence de la bibliothèque dans ces réseaux. Je crois que Néobiblio le blogue a une certaine maturité et est viable. Les autres outils sont encore en évaluation. Twitter et Facebook demande une grande présence et actuellement, je n’ai pas les ressources pour le faire. Twitter est plus facile, car c’est très court et rapide. Je peux le faire à tout moment. Ce qui me facilite la tâche avec Twitter c’est d’utiliser « Twitterfox » et Twitterrific. Sans ces 2 outils mobiles, je n’utiliserais pas du tout Twitter. Enfin, Twitter est peu utilisé chez les jeunes. Comme ce sont, en grande partie, ma clientèle principale, je me questionne sur sa pertinence.

En conclusion, les outils du web 2 sont tout de même pour le milieu des bibliothèques une opportunité incroyable de diffusion de l’information et des services. Il faut créer le besoin. Il faut se positionner, montrer que les bibliothèques sont une source d’information et une richesse culturelle incroyable. Cela ne dénature pas du tout le rôle de la bibliothèque d’avoir une présence virtuelle : plus que jamais, je collecte, je trie, j’organise et je diffuse l’information. N’est-ce pas la base de notre travail ? Les outils du web 2 nous y aident beaucoup. En plus, c’est gratuit. Pourquoi s’en priver ?

Suivez l’actualité de l’édition électronique, des NTIC et de la « communauté des bibliothèques » sur le Web, abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

Une Réponse to “Néobiblio, le blogue de la bibliothèque de F.-X.-Garneau”


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :