L’université du futur et le libre accès

Je vous propose de lire ce paragraphe extrait du blogue du Bulletin des bibliothèques de France:

L’université du XXIe siècle est celle du libre accès à l’information scientifique (« open science »), plus compétitive, internationalisée, créative, innovatrice. Pour le chercheur, cela veut dire : évaluation, mobilité, rentabilité. En prenant l’exemple de la physique des hautes énergies, Georg Winckler (Vienne), l’ancien président de l’Association des universités européennes, a insisté sur la nécessité du renouvellement des savoirs et des générations mais aussi sur la circulation et le partage de l’information. Un défi pour l’édition (savante).

Si c’est un défi pour l’édition savante, il faut maintenant baliser le défi pour les bibliothèques universitaires qui doivent se positionner dans cette nouvel environnement ! En fait toutes les bibliothèques du milieu de l’enseignement ne devront-elles pas se repositionner ? Qu’en pensez-vous ?

Suivez l’actualité de l’édition électronique, des NTIC et de la « communauté des bibliothèques » sur le Web, abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

2 Réponses to “L’université du futur et le libre accès”

  1. Philippe Bonneau Says:

    Salut Pierre. J’aime beaucoup tes interventions. Je suis absolument d’accord sur l’aspect Open éducation, mais pour le Québec, on est encore loin de la coupe aux lèvres… Ici, au CCDMD on essaie d’avoir un iTunes U depuis plusieurs mois pour diffuser du contenu éducatif de qualité et gratuit. Sur son site, lors de l’inscription, Apple prévoyait un délai de 14 jours!!! Le Québec n’est pas une priorité, seule l’UdeM ayant pignon sur iTunesU.

    Côté livres, ce n’est pas mieux, on refuse de publier des versions électroniques à Google, sans mettre en place d’alternative locale. Il faut encore se déplacer pour consulter du papier, que d’énergies perdues…

    Les bibliothèques universitaires sont des milieux assez fermés. La semaine dernière, j’ai dû aller à la bibliothèque des sciences de l’éducation de l’UQAM, car je termine une maîtrise en éducation collégiale à l’université de Sherbrooke. À ma grande consternation, pas d’accès Wifi pour les invités… Pas moyen d’avoir un accès internet temporaire, sans détourner le fil d’un ordinateur dans un labo… Quelle ouverture!

    En résumé, le milieu de l’éducation du Québec n’a pas une culture d’ouverture et il faudra que des gens comme toi travaillent très fort et se battent contre le système pour améliorer la situation.

    Bonne chance Biblioterix le Gaulois ;¬)

    • PLC - Bibliofusion Says:

      Merci de ce commentaire! Mais je n’ai pas de gourde de potion magique et je ne veux pas vraiment me battre contre le système… Je veux contribuer à son évolution dans les limites de mon rôle à la bibliothèque et faire réfléchir avec quelques billets qui pourront interpeler les personnes concernées afin qu’elles puissent agir en conséquence.

      La contribution de personnes comme toi, intéressées par les bibliothèques et qui les fréquentes, est essentielle. En fait la potion magique est générée par nos interactions! Je t’encourage donc à continuer à t’exprimer sur les blogues de bibliothécaires (et BiblioFusion j’espère) ou par courriel directement aux personnes concernées, ce sera précieux.


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :