La BiblioMonnaie du futur, proposition pour une nouvelle politique de prêt

Notre communauté ne mérite par la répression! Le mot est fort, mais les amendes demandées pour les retours en retard ne représentent rien de positif, sauf un revenu qui est par ailleurs « anti marketing ».

Voici donc une proposition pour établir une ré-ingénierie de ce système archaïque qui n’évoque que des souvenir négatifs dans mon expérience d’usager.

bibliomonaie1

En tant que membre d’une « communauté bibliothèque » et adulte, je voudrais avoir une bibliothèque m’offrant un crédit annuel de BiblioMonnaie que je pourrais échanger en produits ou services à la fin de l’année. Peut-être que je pourrais acquérir un livre élagué par la bibliothèque pour ma propre bibliothèque ou encore obtenir une carte permettant un certain nombre de photocopies gratuites ?

Je comprendrais que ce crédit soit diminué à l’occasion d’un retard, mais peut-être que je pourrais en acquérir de nouveaux avec la reconnaissance de ma contribution pour la sélection hebdomadaire publiée sous forme de chronique littéraire par la bibliothèque?

J’aurais un sentiment d’appartenance accru par mon formidable crédit de BiblioMonnaie et celui-ci reflète ma contribution à la communauté!

Mon comportement de bon membre de cette communauté sera récompensé plutôt que de voir mon comportement « déviant » seulement puni par une amende dissuadant seulement de retourner emprunter des livres et d’utiliser la richesse de ressources offerte par la bibliothèque.

Est-il possible que les bibliothèques s’inscrivent dans le mouvement des entreprises numériques avec cette approche et est-il possible qu’elles établissent une nouvelle politique de prêt sur cette base ?

PS Merci à Michel, un sympathique collègue, pour son écoute de la première ébauche de cette proposition lors d’une discussion informelle pendant une pause …

Suivez l’actualité de la « communauté des bibliothèque » sur le Web, abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

Publié dans marketing. 10 Comments »

Déclinaison du futur (musique, cinéma et graffiti)

Explorations du lundi

La bibliothèque du futur se situe dans toute une déclinaison de futurs… Et le futur est simple lorsqu’il vous est proposé dans un évènement haut en couleurs comme Culture Libre de la Biennale de Montréal 2009. Voici un premier tour d’horizon sur ce sujet qui reste à approfondir.

bnlmtl

La musique du futur

Paysages sonores est un projet musical qui fut d’abord inspiré par un tableau de Rick Leong, intitulé Dancing Serpent in Dawn’s Quiet (2006). À partir de cette œuvre de Leong, le compositeur David Ryshpan a imaginé une trame sonore. Puis, cette partition a été mise en ligne pour que les musiciens et réalisateurs du monde entier puissent la réinterpréter.

Le cinéma du futur

Huit cinéastes ont réalisé chacun un court métrage de quelques minutes à partir d’éléments fournis par les autres membres du collectif et par le public.

Par le biais d’Internet, le public était convié à compléter en ligne un test de personnalité dont les résultats ont défini la personnalité du protagoniste du film : une jeune artiste dans la vingtaine, instable, ayant peur de paraitre banale ou d’être oubliée. Huit comédiennes interprètent le même personnage mais de manière unique selon la vision particulière de chaque réalisateur. Les huit courts-métrages ont été regroupés en une seule œuvre qui multiplie les points de vue à partir d’éléments communs.

Le graffiti du futur

Les artistes du Graffiti Research Lab Canada, qui créent des œuvres issues de l’art urbain, tentent de défier l’institution et pénétrer la conscience des masses. Pour ce faire, ils développent des outils orientés vers des projections (« projections bombing ») de lumière et de lasers.

D’autres billets viendront compléter cette première déclinaison très partielle et orientée par les découvertes que j’ai pu faire lors de l’évènement Culture Libre. Le mois de mai sera coloré par le futur et par cet évènement.

Un dernier mot pour dire merci et bravo à Olivier Charbonneau, bibliothécaire-chercheur à l’Université Concordia et rédacteur du carnet Culture Libre, ainsi qu’à Claude Gosselin, Directeur général et artistique du Centre international d’art contemporain de Montréal et commissaire de la BNL MTL 09.

Publié dans Vu sur le Web. Commentaires fermés sur Déclinaison du futur (musique, cinéma et graffiti)