Library Dollars, rethinking the loan policy and fines

Our community should not have to face oppression! Oppression is a strong word, but there is nothing positive about the fines requested for late documents; rather they represent only an “anti-marketing” revenue opportunity.
I am presenting, therefore, a proposal for an overhaul of this archaic system which evokes only negative memories of my experiences as a library user.

As a member of the “library community” and an adult, I would like to see a library offer me an annual credit of “Library Dollars” that I could exchange for products and services at the end of the year. Perhaps I could acquire a book that the library weeded from its collections and that I could add to my personal library, or I could obtain a card allowing for a certain number of free photocopies?

I would understand if this credit were diminished in the event that I returned a document after the due date, but perhaps I could acquire new credit taking into account my contribution to weekly selection in the form of a literary chronicle published by the library?

This would allow me a feeling of belonging owing to my formidable « Library Dollars » credit, and would reflect my contribution to the community!
My behaviour as a member of this community would be rewarded rather than my deviant behaviour being punished with a fine that only discourages patrons from returning to borrow new books and benefiting from the rich resources offered by the library.

Could it be possible, in applying this approach, that libraries join the digital businesses movement, and could it also be possible that they establish new loan policies on this basis?


I’ll post in english times to times (If I can get help for translation :-)

Publié dans english-BF, library2.0. Commentaires fermés

Marketing des bibliothèques et Web 2.0 (volet 3 de 3)

Nouveau contexte, nouveau positionnement

Le web a toujours eu la particularité (méconnue) d’intégrer à lui seul les composantes essentielles du marketing (les 4 "P") en y offrant le produit, son prix, le moyen de distribution et la promotion. Toute la bibliothèque s’y trouve: catalogue, bases de données, ressources électroniques, aide à l’usager, tout y est… Sauf la richesse de l’interaction avec le personnel !

Le positionnement représente l’enjeu principal de la bibliothèque dans le nouvel espace numérique. Pour continuer à bien servir sa clientèle, la bibliothèque doit créer de nouveaux réseaux d’interactions dans cet environnement afin d’y prolonger son offre de service de manière efficace.

La matière première du positionnement est le contenu, que la bibliothèque connait très bien, mais on doit maintenant proposer un contenu "relationnel" pour construire un nouveau site en collaboration avec les usagers!

Un site Web renouvelé constamment et intégrant progressivement les outils Web 2.0 est donc essentiel. La priorité est moins centrée sur "l’expertise experte", l’information, l’outil ou la technologie, mais doit se centrer sur l’expérience de l’usager. Bref, il s’agit de bâtir un site Web en phase avec la nouvelle génération et avec la nouvelle réalité du virtuel ! Une bibliothèque 2.0 pourra en émerger avec un site Web attrayant, consistant, efficace, dynamique et surtout interactif.

L’opération ne se fait pas simplement et comporte deux enjeux principaux:

1- Simplifier l’offre de service sans pour autant la banaliser afin d’offrir une réponse cohérente à des besoins disparates;
2- B
âtir un site en accord avec le nouveau contexte (alors qu’il change) qui puisse s’appuyer sur un nouveau rôle (alors qu’il n’est pas bien défini) bien inséré dans la nouvelle dynamique de l’espace Web.

Quelques étapes

Le nouveau positionnement reste à articuler de manière pratique, le marketing servant de base à une série d’actions clés:

Pour mieux connaître la clientèle
Pour mieux communiquer
Pour établir d’autres liens avec la clientèle
Pour renouveler l’offre de service
Pour rester dans le coup!

Un site Web Bibliothèque 2.0 peut se voir comme une nouvelle dimension de la bibliothèque et des services de celle-ci, il s’agit en quelque sorte d’une nouvelle adresse, d’un nouveau lieu à habiter! Il est intéressant de qualifier le nouveau rôle de la bibliothèque dans le territoire numérique, en plus des traditionnels "filtrer-sélectionner", "guider", "orienter", voici quelques mots clés pour de nouvelles pistes:

Explorer
Expérimenter
Co-organiser
Animer

En guise de conclusion (ouverte)

Il faut s’approprier le territoire de communication Web 2.0 et s’ouvrir à une nouvelle réalité pour offrir une mise en valeur du contenu à même de fidéliser une clientèle très volatile.

Ma réflexion sur le sujet commence, je veux donc continuer à imaginer de nouvelles approches permettant d’animer une nouvelle relation avec l’information.

Je lance une piste, les usagers ne seraient-ils pas intéressés à participer à un nouvel Atrium qui soit appuyé par l’expertise des bibliothécaires ? Pourrait-on imaginer un "informatrium" comme nouvel espace d’interaction entre les bibliothécaires et les usagers ?


add to del.icio.usDigg itStumble It!Add to Blinkslistadd to furladd to ma.gnoliaadd to simpyseed the vineTailRank

Publié dans web2.0, library2.0, marketing, bibliothèque2.0. Commentaires fermés
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.