7 nouveaux blogues de la "communauté biblio" du Québec

Ils ne sont pas réellement nouveaux, mais nouvellement repérés depuis le billet du 24 juin sur les blogues de notre communauté!

Circum docum
Marcel Sylvain Tremblay

Le blogue de Jonathan Boyer

Trouvailles
Claude Trudel – Blogue d’exploration de la BAnQ

Technothécaire
Chantal Paquin

Le bibliothécaire errant
Un bibliothécaire québécois…

Brouehaha
Martin Jacques

Documentation-Quebec
Stephane Béland

N’oubliez pas de me mentionner les omissions à la liste!

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la "communauté des bibliothèques".

Publié dans bibliothèque2.0. Commentaires fermés

Un rabais pour le Colloque Génération C : Se préparer pour servir les 12-24 ans

Modalités pour s’inscrire et profiter du rabais.

L’intérêt de l’événement permet de créer un groupe et de profiter du rabais accordé par le Cefrio, soit un tarif d’inscription de 486,50 $ par personne. Voici les modalités:

1- Vous devez indiquer votre intention de participer en envoyant un courriel à BiblioFusion@GMail.com en mentionnant nom, courriel et employeur. Date limite pour participer au groupe: le 18 septembre.

2- L’inscription formelle auprès du Cefrio doit être synchronisée le vendredi 25 septembre et que c’est à ce moment que vous devrez remplir le formulaire officiel en prenant soin de mentionner "Groupe bibliothèques" dans le champ commentaire.


Les jeunes de 12-24 ans constituent un groupe important que les bibliothèques veulent servir et le Colloque Génération C du Cefrio (les 20 et 21 octobre) pose la question « Êtes-vous prêts ? ».

Le personnel des bibliothèques, les membres de la Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec et de l’Asted peuvent maintenant participer au Colloque Génération C du Cefrio en profitant d’un tarif privilégié.

Concrètement, le Cefrio nous fait bénéficier du tarif réservé à ses membres, mais surtout de former des groupes (neuf personnes et plus) permettant de bénéficier d’un rabais de 30 % pour réduire les frais à 486,50 $ par personne (à la place de 795 $). Il est même possible de composer un groupe de personnes provenant de différentes institutions, à condition que les inscriptions soient transmises la même journée.

Pour faciliter la formation de groupes et la logistique d’inscription, je vous propose de m’indiquer dès maintenant si vous avez un intérêt pour l’événement ou le sujet, il ne s’agit donc pas d’une inscription formelle. Pour ce faire, envoyez un courriel à:
BiblioFusion@GMail.com
.

En guise de rappel:

Les «C» ne sont pas des Québécois tout à fait comme les autres : ils ont grandi avec les technologies de l’information (TI) et ont souvent des attentes et des comportements différents de ceux auxquels les organisations ont été habituées.

•Quels sont les perceptions et les comportements des membres de cette nouvelle génération ?
•Comment les «C» utilisent-ils les technologies de l’information (TI) ?
•Quelles pratiques permettront aux écoles, aux entreprises et aux organismes québécois de s’adapter efficacement à la montée en force des «C» en tant qu’étudiants, consommateurs, travailleurs et citoyens ?

Une participation significative est importante selon moi car le colloque proposera un moment privilégié pour que le milieu documentaire Québécois échange largement autant avec des jeunes qu’avec la diversité d’intervenants provenant de tous milieux. En effet, l’événement interpelle les entreprises, le milieu éducatif et la communauté.

Nous pourrons ainsi contribuer au débat de l’heure au Québec et enrichir nos échanges lors du Premier Congrès des milieux documentaires du Québec qui suivra en novembre!

Abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS pour découvrir des nouveautés, les tendances Web, l’édition électronique et l’innovation dans la "communauté des bibliothèques".

Publié dans éducation2.0, bibliothèque2.0, formation, marketing, tendances, usagers, veille, web2.0. Commentaires fermés

Journée de réflexion sur l’avenir du catalogue dans les bibliothèques

Les présentation faites le 8 mai dernier lors de la journée de réflexion sur l’avenir du catalogue organisée par le sous-comité des bibliothèques de la CREPUQ sont maintenant en ligne.

Jim Clark, bibliothécaire des systèmes pour Bibliothèque et Archives Canada, a présenté le projet Open Library Environment (OLE) qui vise l’utilisation d’une technologie Open Source permettant d’offrir une alternative aux produits commerciaux, autant du côté des systèmes de gestion intégrée de bibliothèque que des systèmes de gestion de ressource électronique (ERM).

La préoccupation du multilinguisme a été faite lors de la journée de réflexion du 27 janvier 2009:

Multilingual support. Assume that the architecture has to be there to allow translation into multiple languages. Support for localization would be the more general term.

Daniel Boivin, directeur chez OCLC Canada, présente tout d’abord une synthèse de l’étude « Online Catalogs: What Users and Librarians Want » et explique comment WorldCat peut contribuer au positionnement des bibliothèques dans les réseaux sociaux et sur le Web en général.

La base de la stratégie de l’OCLC est de « faire évoluer WorldCat vers une plateforme que les bibliothèques peuvent utiliser pour faire découvrir et promouvoir l’accès à leurs collections et services au moment requis par l’usager qu’il soit sur le portail de la bibliothèque ou ailleurs sur le Web. »

Je n’ai malheureusement pas assisté à cette journée et je ne peux donc vous en dire plus, mais ce sont assurément deux visions collaboratives distinctes qui sont à suivre!

Une sélection de billets sur l’édition électronique, les NTIC et la "communauté des bibliothèques", abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

Publié dans bibliothèque2.0. Commentaires fermés

La bibliothèque comme média : Blogues de la "communauté bibliothèque" au Québec

Les blogues représentent un premier pas vers le Web collaboratif et émergent encore même si l’on parle de la fin de l’ère du blogue. Ils émergent à un autre rythme et sous d’autres formes, notamment avec les collectifs de blogueurs et le micro-blogging à la Twitter.

Des institutions comme la Library of Congress ou encore la Bibliothèque nationale de France avec une diversité de blogues, montrent assurément que le phénomène n’est pas marginal.

Au Québec cependant il n’y en a pas encore beaucoup! Je les identifie progressivement avec delicious sous l’étiquette blogue_bliblio_qc pour permettre un premier survol de blogues de bibliothèques et de bibliothécaires québécois.

Ce sont surtout des blogues de professionnels que l’on peut voir, à quelques exceptions près: le Cégep FX Garneau avec Néobiblio, la Bibliothèque de Montréal, l’Université McGill pour les ressources électroniques et l’Université Concordia avec son "Suggestion Box". Et finalement il y a un inclassable: Mur Mitoyen, qui est avant tout un calendrier collaboratif sur l’actualité culturelle et scientifique de Montréal mais aussi un blogue.

Si vous en découvrez d’autres, faites moi part de leur existence et je vais les ajouter à mes signets!

Une sélection de billets sur l’édition électronique, les NTIC et la "communauté des bibliothèques", abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

La muséographie virtuelle et les réseaux sociaux

Une autre présentation très intéressante provenant du réseau des musées. Les auteurs, J.P. Dalbéra (direction des musées de France)
et M. Danabalou (musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée), regardent la situation des musées face au numérique en abordant notamment les productions éditoriales multimédias, les bibliothèques numériques, les plates formes de diffusion libre et l’utilisation des réseaux sociaux pour accroitre la visibilité des institutions culturelle.

C’est le partage d’un série de bon coups qui permettent de comprendre les conditions de réussite d’une plateforme éditoriale.

Visualisez le diaporama sur La muséographie virtuelle et les réseaux sociaux sur Slideo.

Une sélection de billets sur l’édition électronique, les NTIC et la "communauté des bibliothèques", abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

Publié dans bibliofusionnel. Commentaires fermés

Un nouveau calendrier culturel et scientifique: Le Mur Mitoyen

Le Mur Mitoyen m’a fait découvrir des bijoux d’événements culturels ou scientifiques aux quatre coins de Montréal. Je l’ai rapidement adopté et consulté pour sortir des sentier battus et aller plus loin que la surface habituellement proposée par les calendriers de nos médias traditionnels.

Puis j’ai appris par hasard qu’il était produit par des finissants de l’École de Bibliothéconomie! J’ai donc voulu en savoir un peu plus et j’ai posé quelques questions à Vincent Audette-Chapdelaine, initiateur du Mur Mitoyen.

[PLC]- Quelle est l’origine de Mur Mitoyen?

[VAC]- La légende veut que je me sois plongé dans ce projet par procrastination, afin d’éviter de devoir rédiger mon mémoire de maîtrise. En réalité, l’idée a commencé à germer en mars 2007 suite à des échanges avec Guillaume, qui fait maintenant partie de notre équipe. C’est en décembre 2008 que je m’y suis mis sérieusement. Nous avons depuis fondé un organisme et sommes maintenant une équipe de sept à travailler sur le développement du Mur.

Notre motivation initiale était de mettre sur pied une ressource pour les gens qui souhaitent découvrir ce qui se passe à Montréal au-delà de ce qui est habituellement rapporté dans les calendriers culturels des grands médias. Nous avons rapidement constaté qu’il y avait aussi un besoin criant de services professionnels de diffusion d’événements pour les producteurs eux-mêmes, qui ont souvent peu de ressources ou sont mal outillés en matière de diffusion Web. Nous travaillons donc fort avec eux pour leur offrir une plate-forme répondant à leurs besoins et à la réalité du Web d’aujourd’hui, et pour les aider à améliorer leurs outils internes.

Avec tout ça, je suis toujours émerveillé de voir à quel point Montréal est une ville active. Des centaines d’organisations de toutes sortes — bibliothèques, centres communautaires, maisons de la culture, universités, galeries d’arts, cinémas, etc. — organisent des dizaines de milliers d’événements de grande qualité chaque année. Nous essayons avec le Mur Mitoyen de mettre en valeur toute cette richesse.

[PLC]- Quel est son rôle dans la profusion de sources d’information du Web?

[VAC]- La plupart des organisateurs d’événements, artistes lieux de diffusion dispose d’un site Web personnel ou d’une page Facebook ou MySpace, sur lequel ils présentent leurs événements à venir. Pour un simple citoyen, savoir ce qu’il y a à faire dans les jours à venir implique donc de prendre le temps de faire «la grande tournée», qui consiste à aller voir sur les sites de tous nos lieux favoris pour connaître leur offre, de compiler le tout et puis de faire un choix.

Un calendrier intégré comme le Mur Mitoyen fait ce travail de collecte d’information à la place de l’utilisateur. Il en fait aussi beaucoup plus pour l’aider à utiliser cette information, grâce aux multiples fonctionnalités de partage, d’exportation et d’alerte automatiques que le site offre pour chaque événement, pour chaque lieu, pour chaque catégorie, etc.

[PLC]- Qui en sont les lecteurs, avez-vous une communauté d’usagers?

[VAC]- Puisque le calendrier recense autant les conférences en biochimie que les matchs d’improvisation et que les soirées de contes, on retrouve chez nos usagers des gens de tous les horizons et de tous milieux. Je dirais que les visiteurs du site ont toutefois tous en commun une grande curiosité, qu’elle soit artistique, intellectuelle ou autre.

[PLC]- Est-il possible à un jeune, un lecteur, de se joindre à l’équipe éditoriale?

[VAC]- Oui, et même pas besoin d’être jeune! Nous avons en effet une équipe grandissante d’éditeurs qui sont chacun affectés à un domaine qui correspond à leurs intérêts. Leur rôle est de mettre leur expertise au profit du calendrier, d’alimenter le blogue et de faire connaître le Mur Mitoyen dans leur milieu. Les personnes intéressées à devenir éditrices peuvent contacter Èvelyne, l’éditrice en chef du Mur Mitoyen.

[PLC]- Finalement, sachant que tu a étudié en bibliothéconomie, comment vois-tu ce projet versus la bibliothèque?

[VAC]- Je constate que les bibliothèques publiques deviennent de plus en plus des lieux de diffusion culturelle. Le Mur Mitoyen pourra peut-être contribuer à ce que le grand public prenne davantage conscience du dynamisme de leur bibliothèque de quartier. Certaines bibliothèques à Montréal ont déjà commencé à utiliser notre outil sur une base régulière.

La mission du Mur Mitoyen, et plus particulièrement celle d’Espaces Temps Montréal (l’organisme que nous avons fondé) est d’organiser et diffuser de l’information originale portant sur le territoire de Montréal. Cette mission de mise en valeur de l’information s’inscrit, à mon sens, directement dans celle des sciences de l’information, et il n’y a aucun doute que mes études m’ont été utiles à cette fin.

[PLC]- Voudrais-tu ajouter autre choses pour finir ?

[VAC]- Merci Pierre pour cette entrevue! À tous, n’hésitez pas à faire part de vos commentaires et idées à l’équipe du Mur Mitoyen!

[PLC]- Merci à toi Vincent, ainsi qu’à l’équipe du Mur Mitoyen!

Le monde de l’information change et le rôle des bibliothécaires aussi… Faire circuler l’information, la mettre en valeur, animer une communauté, ce sont des actions fondamentales qui peuvent aussi donner la vie à un calendrier d’activités original.

Une sélection de billets sur l’édition électronique, les NTIC et la "communauté des bibliothèques", abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

Publié dans bibliofusionnel. Commentaires fermés

Le journal Voir parle de prêts, de livres et des amendes

Mon amie Marie-Hélène m’a identifié un billet intitulé Amistie pour les imaginatifs de Nicolas Dickner, du Journal Voir (version électronique), et après un court échange sur Facebook m’a subtilement incité (défié mon orgueil ?) de répondre et mettre en référence mon billet sur la "Bibliomonnaie du futur, proposition pour une nouvelle politique de prêt".

J’ai réagi en gars et c’est chose faite!

Une sélection de billets sur l’édition électronique, les NTIC et la "communauté des bibliothèques", abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

Blogue expert pour le mobile et les développements Web: Descary.com

Descary.com, est un blogue expert, très pratique et diversifié, il comblera les internautes à l’affût des derniers développements Web.

L’auteur, Benoit Descary, est blogueur, formateur, conférencier et cofondateur de DCE Solutions, une entreprise spécialisée en formation sur les technologies mobiles (BlackBerry, Palm et Windows Mobile).

Les bibliothèques américaines ont déjà commencé à intégrer le mobile à leur offre de service et ce blogue aidera particulièrement les bibliothèques francophones pour faire de même!

Quelques billets à souligner:
iPhone 3.0 : 12 astuces qui faciliteront votre vie
Prezi créez des présentations étonnantes
Twitter un outil de marketing mobile

Une sélection de billets sur l’édition électronique, les NTIC et la "communauté des bibliothèques", abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

Publié dans bibliothèque2.0. Commentaires fermés

Actualisation des bibliothèques – Rapport du Cefrio

Il y a parfois des textes qui abordent la théorie en faisant le lien avec l’action et je trouve ceux-ci particulièrement intéressants. En fait pour moi il n’y a rien de plus pratique qu’une théorie (ça se voit parfois ?)!

Rôle, actualisation et stratégies d’affaires des bibliothèques gouvernementales, un rapport du Cefrio à l’attention des bibliothèques gouvernementales, compte parmi les textes qui ont nourri ma réflexion et donc mon action. Je veux maintenant le partager et en profiter pour reprendre certains extraits en donnant des titres de mon cru.

… Chronique d’une transformation annoncée…

Si les développements des technologies et la popularité grandissante des moteurs de recherche ne provoquent pas la "mort" des bibliothèques, ils conduiront par contre celles-ci à se transformer et à se montrer innovantes pour répondre aux besoins des utilisateurs par ailleurs de plus en plus technophiles. À l’instar des autres organisations qui doivent se montrer agiles pour survivre, les bibliothèques n’ont donc d’autres choix que de s’approprier les technologies. p. 5

… influencée par l’engagement des internautes…

Et cette bibliothèque transformée a un nom, celui de "library 2.0" (L2). Le concept de L2 est inspiré de celui du Web 2.0, qui réfère à une utilisation des outils Web de plus en plus orientée vers l’interaction entre les internautes et à la création de réseaux sociaux rudimentaires ou le contenu prime sur l’aspect visuel ou la dynamique des pages Web. p. 5

… permettant une redéfinition…

Si les technologies et notamment Internet n’impliquent pas l’extinction des bibliothèques, elles sont par contre à la base d’une redéfinition de leur vocation ainsi que des services et des produits qu’elles proposent. Et c’est encore plus vrai pour les bibliothèques publiques et académiques par exemple, qui doivent composer avec des clientèles plus jeunes, particulièrement friandes des technologies. p.11

…colorée par l’ouverture des bibliothèques et des bibliothécaires!

Si l’aménagement, le design et les nouveaux services des bibliothèques d’aujourd’hui doivent refléter le fait que celles-ci doivent désormais représenter aussi un endroit d’ouverture, de socialisation et d’apprentissage, il ne faut pas occulter pour autant leur vocation plus traditionnelle À l’instar des autres organisations, les bibliothèques doivent prendre le virage client, tandis que les bibliothécaires doivent eux aussi se transformer et accepter de nouveaux défis. p.22

La suite ? … En action!

Une sélection de billets sur l’édition électronique, les NTIC et la "communauté des bibliothèques", abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

Publié dans bibliothèque2.0. Commentaires fermés

Néobiblio, le blogue de la bibliothèque de F.-X.-Garneau

Les blogues de bibliothèques au Québec sont encore denrée rare et je me posais différentes questions vis-à-vis de Néobiblio, le très intéressant blogue de la Bibliothèque du Cegep F.-X.-Garneau…. J’ai donc proposé un billet de style entrevue à Claire Giroux qui est à l’origine de celui-ci. C’est un exemple à suivre de par les liens qu’il permet avec la clientèle et son arrimage avec l’enseignement des techniques de la documentation qui en fait une plateforme pédagogique. Voici donc ses réponses.

[PLC]- Quelle est l’origine du blogue Néobiblio?

[CG]- Lorsque je suis arrivée au Collège, en sept 2005, il existait depuis peu un bulletin électronique mensuel dont le nom était "Néobiblio". Après un an, je me suis demandée, si ce ne serait pas plus intéressant de le faire en blogue. Après réflexion, la formule du bulletin ne pouvait pas se transposer dans le blogue, car ce dernier demande des mises à jour régulières et un contenu plus soutenu. Alors que le bulletin couvrait des thématiques qui ne se prêtaient pas ou peu à des mises à jour régulières. De plus, j’étais seule dans l’aventure, n’ayant pas trouvé des partenaires blogueurs. Ainsi, l’idée de faire un blogue de référence m’est venue.

J’ai alors débuté en août 2006 Néobiblio le blogue. À cette époque, l’utilisation des technologies du web 2.o n’était pas courante. Peu de personne connaissait cela. De plus, très vite je me suis essoufflée à tenir seule le blogue. Je me suis tournée vers le département des techniques de la documentation, où un cours de veille se donne en 5e session, des étudiants de 3e année.

Dans un premier temps, le travail de base était de faire un dossier documentaire imprimé, mais je leur ai proposé, pour ceux que cela intéressaient, de faire un dossier virtuel. Les meilleurs seraient publiés dans Néobiblio. Cela a très bien fonctionné, les étudiants et les deux professeurs, Amélie Frenette et Cybèle Laforge ont reconduit le projet. Ainsi, depuis 3 ans, une quinzaine d’articles sont entièrement produits par des étudiants en techniques de la documentation. Néobiblio devient en plus une plateforme pédagogique.

[PLC]- Quelle est sa politique éditoriale ?

[CG]- La politique éditoriale est d’être un blogue de référence, un peu à la manière des dossiers thématiques que l’on faisait autrefois. L’idée est de trouver des thèmes, d’actualités le plus souvent mais ce n’est pas une obligation, et de faire le tour de la question en quelques paragraphes. Ça ne se veut pas exhaustif, mais au moins d’amasser des documents, des sites ayant une valeur informationnelle élevée. Pour les étudiants de techniques, je demandais qu’aucun référencement ne mène vers Wikipédia. C’est déjà un réflexe d’aller sur Wikipédia, il faut aller un peu plus loin. Pour eux, cela demande une certaine curiosité intellectuelle et un bon esprit de synthèse.

L’idée générale de départ, c’est de vendre la bibliothèque comme source d’information. De rendre la bibliothèque vivante dans mon milieu. C’est pour cela que le nom de NÉOBIBLIO est utilisé à toutes les sauces. Car en plus du blogue et du bulletin, hebdomadairement il y aussi une chronique dans le journal du Collège, Hebdo-Garneau et le nom est : « Néobiblio, hebdo ».

Plusieurs professeurs me disent qu’ils sentent la bibliothèque plus présente. Pour ma clientèle proche, le bulletin et l’hebdomadaire jouent un rôle plus fort que le blogue. Je ne considère pas pour autant le blogue comme un échec. Il y a un rayonnement du blogue, qui est somme tout modeste (1000 visites/mois), mais qui répond à des demandes externes. La bibliothèque est identifiée, le nom du Collège aussi. C’est un outil de promotion ! Je le vois ainsi. Je reçois, à l’occasion, d’excellents commentaires et cela m’encouragent à poursuivre, car on ne se le cachera pas, c’est très très prenant.

[PLC]- Quel impact a été observé sur votre clientèle ?

[CG]- Le marketing des produits et services de la bibliothèque n’est pas une force des bibliothécaires. Hors, j’utilise le site web de la bibliothèque pour « mousser » Néobiblio, le blogue. À chaque parution du bulletin homonyme, j’en fais tout le temps allusion. Lorsque je donne des formations aux enseignants, j’en parle. De plus, plusieurs collègues des autres collèges suivent Néobiblio.

[PLC]- Peut-on dire qu’il y a une communauté d’usagers ?

[CG]- Je n’en sais rien. Il n’y a pas un réel échange. Je vois les blogues de bibliothèques américaines et il y des commentaires et des échanges. Je le vois moins, pour ne pas dire pas du tout dans le milieu francophone. Les gens cherchent, trouvent, consomment et s’en vont. C’est correct comme ça.

[PLC]- Quel défi cela représente d’établir un tel blogue ?

[CG]- Immense! Le temps, le temps, le temps. Les débuts de semaine reviennent vite. Les idées d’articles ne sont pas toujours brillantes. Je m’oblige à un horaire, car sinon il n’y aurait pas d’articles.

[PLC]- Question ouverte: des choses supplémentaires à dire ou partager ?

[CG]- Actuellement, Néobiblio le blogue est un projet professionnel-personnel. Il devra devenir plus partie prenante du travail de la bibliothèque, où plus d’une personne pourrait participer. Les outils du web 2.0 ne sont pas évidents pour une grande partie des gens. Il faut vendre l’idée de la plus value informationnelle, de l’importance de la présence de la bibliothèque dans ces réseaux. Je crois que Néobiblio le blogue a une certaine maturité et est viable. Les autres outils sont encore en évaluation. Twitter et Facebook demande une grande présence et actuellement, je n’ai pas les ressources pour le faire. Twitter est plus facile, car c’est très court et rapide. Je peux le faire à tout moment. Ce qui me facilite la tâche avec Twitter c’est d’utiliser « Twitterfox » et Twitterrific. Sans ces 2 outils mobiles, je n’utiliserais pas du tout Twitter. Enfin, Twitter est peu utilisé chez les jeunes. Comme ce sont, en grande partie, ma clientèle principale, je me questionne sur sa pertinence.

En conclusion, les outils du web 2 sont tout de même pour le milieu des bibliothèques une opportunité incroyable de diffusion de l’information et des services. Il faut créer le besoin. Il faut se positionner, montrer que les bibliothèques sont une source d’information et une richesse culturelle incroyable. Cela ne dénature pas du tout le rôle de la bibliothèque d’avoir une présence virtuelle : plus que jamais, je collecte, je trie, j’organise et je diffuse l’information. N’est-ce pas la base de notre travail ? Les outils du web 2 nous y aident beaucoup. En plus, c’est gratuit. Pourquoi s’en priver ?

Suivez l’actualité de l’édition électronique, des NTIC et de la "communauté des bibliothèques" sur le Web, abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

Blogue ; MurMitoyen

Ce n’est pas une erreur typographique, il s’agit de pointvirgule.info, le nouveau blogue "perso" d’un physicien bibliothécaire-éclectique-dynamique: Vincent Audette-Chapdelaine.

Vincent est aussi à l’origine de MurMitoyen, le calendrier culturel et scientifique de Montréal le plus sympathique que l’on peut trouver sur le Net! Un projet très intéressant et porteur des initiatives que peuvent prendre les finissants de l’École de bibliothéconomie.

À suivre!

Suivez l’actualité de l’édition électronique, des NTIC et de la "communauté des bibliothèques" sur le Web, abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

Concours étudiant: 1000$ pour la conception d’une œuvre numérique

Votre défi: réaliser une œuvre ayant comme thème littérature, traduction ou langue/linguistique. Vous choisissez ainsi parmi l’une des trois disciplines étudiées au Département d’études françaises de l’Université Concordia pour interpréter l’une ou plusieurs facettes de la langue française et de sa réalité contemporaine en utilisant image, texte et son.

Un montant de 1000 $ est gagné par le projet lauréat et sont éligibles les étudiants inscrits dans un cégep ou une université québécoise, vous pouvez aussi former un collectif. Vous devez faire parvenir votre dossier d’intention de participation avant le 1er octobre 2009.

Ce concours est organisé par Figura et le Département d’études françaises de l’Université Concordia, en collaboration avec la revue de littérature hypermédiatique bleuOrange.

Source et pour tous les détails, consultez le site de la revue bleuOrange.

Selon vous, s’agit-il d’une information intéressante à diffuser via le site d’une bibliothèque ?

Suivez l’actualité de l’édition électronique, des NTIC et de la "communauté des bibliothèques" sur le Web, abonnez-vous à BiblioFusion par courriel ou en utilisant votre agrégateur de fil RSS.

Publié dans bibliothèque2.0. Commentaires fermés
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.